Blog d’entreprise, de conseils et d’actualités business
Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité
Suivez nos actualités

Vous pouvez dire adieu au storytelling

Partager sur
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Et si les consommateurs ne succombaient plus aux discours d’entreprises et aux success-stories ? Certaines marques anticipent déjà ce tournant, car selon elles, l’audience ne souhaite plus qu’on l’infantilise. Autrement dit, il est temps de réinventer les contenus web, quitte à adopter de nouveaux concepts.

Faut-il vraiment abandonner le storytelling ?

Le storytelling a été longtemps la méthode de communication privilégiée dans le cadre des campagnes de publicité voire dans la communication politique. Même s’il se décline sous différentes formes, l’objectif reste le même : capter l’attention du public grâce à un discours bien rodé. Attention, il ne s’agit pas de raconter des histoires comme à des enfants en débutant systématiquement les contenus par « il était une fois ». Rendez-vous sur le site storyforbrands.com, un cabinet de conseil spécialisé en marketing de contenus, ils privilégient une stratégie inspirante et innovante à la fois. Ils se chargent ainsi de créer des contenus à très forte valeur ajoutée en vue de toucher les bonnes cibles au bon moment et via le bon support.

Malgré tout, le storytelling pourrait être contre-productif puisqu’en « racontant leur histoire », certaines entreprises véhiculent une posture égocentrique, un tantinet narcissique. De tels discours relèguent ainsi les clients au second plan lorsque le storytelling se transforme en monologue plutôt qu’en dialogue. Désormais, l’audience ne prête plus vraiment attention aux success-stories. Elle se base sur les faits réels et prouvés, d’où la nécessité de passer à une version 2.0 du storytelling combinée au proof-telling.

communication, abandon du storytelling

Le storyliving : un concept collaboratif

Pour captiver les consommateurs, le storytelling prend une nouvelle dimension, il ne s’agit plus seulement de raconter des histoires. Il faut les faire vivre. Cette adaptation du storytelling repose sur les sondages et les débats. Vous pouvez aller plus loin en proposant des webinars interactifs pour optimiser l’expérience collaborative et immersive des internautes. Il s’agit notamment de présenter vos produits, vos services sous un angle nouveau pour que les consommateurs puissent se projeter, ressentir des émotions voire vivre des expériences en temps réel sans pour autant bouger de leur domicile.

Le storymaking : les clients refont l’histoire

Désormais les consommateurs ne veulent plus rester passifs. Ils veulent participer, voire réécrire l’histoire de la marque pour mieux la vivre. Le storymaking va encore plus loin dans une logique de co-construction, car les clients évoluent avec les marques qu’ils affectionnent. Concrètement, le storymaking est pratiquement similaire à l’User Generated Content (UGC). Un client achète un produit ou un service puis il l’utilise. Il partage ensuite son expérience à travers du contenu distillé en ligne.

À ce stade, le consommateur devient l’ambassadeur de la marque et participe à la démarche co-making. Attention, il ne faut pas confondre ambassadeur et influenceur. Ce dernier collabore directement avec la marque et, de ce fait, il touche une commission en contrepartie des partages réalisés via les réseaux sociaux. Dans tous les cas, le public est amené à participer activement à votre campagne de communication. En ce sens, le storymaking vise à renforcer l’image et la réputation de la marque. Ce concept innovant accélère même la conversion et se révèle être un excellent levier de fidélisation. Oubliez les discours trop lisses, l’heure est désormais à l’interaction et au dialogue.