Blog d’entreprise, de conseils et d’actualités business
Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité
Suivez nos actualités

L’avocat fiscaliste, le professionnel du droit fiscal

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn

 

Particuliers ou entrepreneurs, ils font face à des démarches fiscales complexes. Ils ont souvent besoin d’un conseiller pour différents projets (fusion, investissement, …) ou dans le domaine juridique et contentieux. L’avocat fiscaliste est le mieux placé pour ce type d’accompagnement. Comme son nom l’indique, c’est un expert en droit fiscal. Pour en savoir plus sur ce type de métier, lisez cet article spécialement dédié jusqu’à la fin.

 

Qu’est-ce qu’un avocat fiscaliste ?

 

Un avocat fiscaliste est aussi appelé fiscaliste ou conseiller fiscal. C’est un expert en droit fiscal qui guide, accompagne et conseille les entrepreneurs et parfois les particuliers, sur diverses activités. C’est une personnalité ayant une tête bien faite pour avoir la capacité de traiter de multiples situations complexes. L’avocat fiscaliste est l’interlocuteur privilégié d’un établissement entrant dans un contentieux juridique ou financier. C’est le soutien n°1 d’une entreprise dans toutes ses activités relatives au droit et à l’économie.

 

Les missions d’un avocat fiscaliste

 

Un avocat fiscaliste a pour missions principales de : 

  • être plus à l’écoute pour mieux solutionner ;
  • être le garant de la bonne conduite d’une restructuration, de création d’entreprise, … ;
  • choisir l’option fiscale la plus convenable à chaque entreprise ;
  • gérer les affaires administratives d’une boîte ;
  • assurer les montages financiers d’un projet en respectant les dispositions fiscales en vigueur.

Comment devenir un avocat fiscaliste ?

 

En tant qu’expert en fiscalité, l’avocat fiscaliste se doit d’avoir des qualités et des compétences personnelles et professionnelles exceptionnelles dans ce domaine. 

 

Les compétences techniques

Le fiscaliste, pour garantir l’excellence dans ses interventions, doit avoir les compétences techniques et les cursus suivants :

  • excellente maîtrise des langues étrangères pour évoluer à l’international ;
  • titulaire de Masters spécialisés en droit fiscal ;
  • ayant réussi à l’examen de barreau ;
  • ayant suivi idéalement une double formation (Finance/IT ou Droit/École de commerce).

Les qualités requises

Les principales qualités requises pour un fiscaliste professionnel sont notamment : 

  • être un bon communicant : aussi bien à l’oral qu’à l’écrit ;
  • avoir des solides connaissances en droit et en fiscalité ;
  • rigoureux et organisé ;
  • avoir un excellent sens du relationnel ;
  • curieux pour mieux connaître son client (activités, environnement, …) ;
  • avoir le goût du challenge en ayant la tête sur les épaules face aux problèmes complexes ;
  • avoir des solides capacités d’analyse et de synthèse.

Les formations à suivre

Différentes formations sont disponibles dans divers instituts publics ou privés pour accéder au métier du fiscaliste. Devenir avocat fiscaliste demande beaucoup de patience et persévérance. Effectivement, il faut préparer au moins 5 ans après le bac, idéalement 7 ans, pour avoir un Master (M2) en droit, spécialisé en fiscalité ou en droit des affaires. Il convient de suivre une formation pour avoir un diplôme d’avocat afin d’augmenter la chance d’être repéré par les recruteurs. Le mieux est de passer par la faculté de droit pour avoir la meilleure qualité de formation. 

 

Quand recourir à un avocat fiscaliste ?

 

Pour toutes interventions liées au droit et à l’économie (droit administratif, droit civil, droit fiscal, …), on fait appel à un avocat fiscaliste. C’est le plus recommandé lorsqu’une entreprise fait face à un contentieux juridique ou financier. Comme c’est un conseiller fiscal, l’entreprise vient le recourir lors d’une prise de décision importante pouvant affecter la société. C’est l’option idéale pour trouver la meilleure façon de réduire tout risque de redressement fiscal et certaines erreurs irrémédiables. Une seule erreur de décision peut être à l’origine de lourdes conséquences sur la gestion de l’entreprise.