Les entreprises de taille intermédiaires (ETI) sont des acteurs incoutournables dans l’économie française. Ces institutions favorisent la création d’emplois et de richesse sur le plan national et inetrnational. Etant encore limitées en nombre, les eti font face à de réels obstacles sur le plan fiscal et social. Pourquoi ce type d’entreprise joue un role important dans le développement et la compétitivité d’un pays ? Voici un article à ce propos.

Un ETI : Qu’est-ce que c’est ?

Une entreprise de taille intermédiaire (ETI) est une organisation dont la taille se trouve entre les PME et les plus grandes entreprises. Sur le plan statistique et économique, une eti est une institution qui est composé d’un nombre de salariés entre 250 et 4999.

Un autre critère important qui définit ce type d’entreprise : Un chiffre d’affaire ne dépassant pas les 1.5 milliards d’Euros ou bien un bilan total pas plus de 2 milliards d’Euros. Dans le cas où une entreprise de moins de 250 salariés dispose d’un CA de plus de 50 millions d’Euros ou un total de bilan de 43 millions d’Euros, elle est considérée étant une ETI.

La grande majorité entreprises intermédiaires est composée de moins de 500 salariés, elles sont alors en principe plus proches des petites et moyennes entreprises, plutôt que des grandes entreprises.

ETI en FRANCE

Les ETI en France : De véritables acteurs en chiffres pour l’économie

Les ETI sont encore peu nombreuses en France. Malgré cette petite quantité, elles contribuent fortement à l’économie du pays, favorisant son développement.

Actuellement, en France :

  • 5 700 eti sont sur le marché, représentant 0,15% de l’ensemble des entreprises ;
  • Plus de 25% des salariés français sont employés par les ETI, d’où un chiffre de plus de 3 millions de salariés ;
  • Ces institutions détiennent, pas moins de 30% du CA des entreprises de France ;
  • Jouant un rôle important en exportation, les ETI en réalisent les 35%.

Pourquoi les ETI sont-elles importantes pour l’économie ?

De nombreuses raisons font que les ETI soient des institutions plus ou moins importantes pour l’économie de la France.

Une forte présence dans le domaine de l’industrie

Un nombre d’entreprise de taille intermédiaire sur trois ont une activité dans le secteur industriel, représentant près de 38% des salariés. C’est ce qui les démarque des petites et moyennes entreprises ainsi que des grandes entreprises.

Une création d’emploi

Les ETI emploient près d’un quart des salariés en France, ce qui est un pourcentage important du point de vue global.

Suite à la crise économique qui est survenue en 2008, ces entreprises intermédiaires ont été pendant un temps les seuls et uniques organismes à avoir créé des emplois.

Une implantation dans toutes les régions

Ce sont des institutions qui assurent la structuration de l’économie et du social sur le plan régional, d’où leurs implantations dans tous les recoins de la France. Un pourcentage de 78% de ces organisations se trouvent dans les régions.

Un acteur majeur dans l’exportation

Les ETI jouent également un rôle important dans le domaine de l’exportation, de par leur implantation au niveau mondial. Des filiales de production et des enseignes distributrices se situent à l’étranger pour booster leur commerce.

Le 1/3 de l’activité exportatrice est alors réalisée par les entreprises intermédiaires, assurant un équilibre sur la balance commerciale. En chiffres, plus de 12 000 filiales des ETI de France sont situées dans un pays étranger, soit près de 33% de l’ensemble des filiales de toutes les entreprises françaises.

Un univers en perpétuelle évolution

Les ETI ont une capitalisation patrimoniale, ce qui signifie un patrimoine à la charge de personnes physiques. C’est l’un des critères qui sont favorables à une capacité innovante sur le long terme. Les entreprises de taille intermédiaires sont alors focalisées sur un développement permanent dans le temps.

Une grande partie des dépenses au niveau national sur l’innovation est consacrée à la recherche, au dépôt de brevet et à l’acquisition des licences.

domaine finance

Les ETI : Un cadre juridique inadapté

La première faiblesse des ETI de France est leur petit nombre comparé aux PME et aux grandes entreprises. Si l’on jette un petit coup d’œil sur le nombre d’entreprise intermédiaire dans les autres pays d’Europe, celles de France sont négligeables.

Et pourtant, malgré cette faiblesse qui n’est pas des moindres, ce type d’entreprise continue à subir une pression juridictionnelle et règlementaire immense, bien plus que celle des grandes entreprises. Ces contraintes fiscales et sociales peuvent grandement impacter le développement de leur activité.

Au-delà d’un seuil, elles sont soumises à des règlements supplémentaires importants avec encore une taille insuffisante pour contenir les lourdeurs qui vont avec.

Le cadre juridictionnel qui structure ce type d’entreprise n’est pas très adapté à leur taille et leurs caractéristiques.