Avec les conférences en présentiel arrêtées par la pandémie depuis près d’un an, de nombreux organisateurs d’événements tentent de garder une longueur d’avance sur la « fatigue du Zoom » des participants. Ce n’est pas facile avec les calendriers de beaucoup de personnes remplis d’appels de vidéoconférence d’entreprise, de webinaires et de happy hours virtuels – sans parler de la socialisation après le travail.

Gatherly, une plateforme d’événements en ligne lancée à Georgia Tech’s CREATE-X Startup Accelerator l’été dernier, espère offrir aux participants aux conférences une expérience qui les incitera à revenir.La plate-forme est différente d’une grande partie des logiciels de vidéoconférence qui ont proliféré dans la pandémie en ce sens qu’elle permet aux gens de se « promener » virtuellement à l’étage d’un événement dans un bâtiment virtuel et de se mêler en tête-à-tête quand ils le souhaitent. Cela permet aux organisateurs d’offrir une composante de réseautage qui ressemble plus à la vie réelle que de nombreux événements virtuels.

« Nos fonctionnalités sont construites autour de la connexion de plus de gens », dit Chris Cherian, fondateur et PDG de Gatherly.

Des clients tels que Capgemini, General Electric, Georgia Tech et Rice University utilisent déjà la plate-forme pour des réunions. Cheryan affirme que des milliers d’événements ont eu lieu sur la plateforme, avec des « centaines » de clients qui ont payé pour l’utiliser depuis le lancement. Les abonnements coûtent de 150 à 499 dollars par mois, en fonction du plan. Les clients peuvent également utiliser Gatherly de manière ponctuelle, pour 20 à 50 dollars par billet.

Les huit étudiants derrière Gatherly n’ont jamais eu la chance de tenir une réunion en personne avant le lancement. Néanmoins, ils ont réussi à partir de leur idée initiale de créer un produit de scanner corporel pour les salles de sport à la plateforme événementielle et à amener leur produit au lancement rapidement.

Maintenant, Gatherly doit faire face à une forte concurrence. De nombreuses entreprises qui sont passées aux réunions virtuelles utilisent déjà Zoom, Google Meet, Microsoft Teams et d’autres grandes plateformes. Pendant ce temps, une variété de startups introduisent des plateformes de réalité virtuelle et de réalité augmentée pour les réunions. Gatherly ne dispose pas d’un gros budget pour les repousser. Elle n’avait dépensé que 4 000 euros en publicité au moment où nous nous sommes entretenus en décembre.

Pour s’assurer que leur produit est aussi convivial que possible, les fondateurs de Gatherly sont très attentifs à la façon dont les participants utilisent la plateforme, en prenant note de mesures telles que le nombre de fois où ils ont parlé pendant un événement. « Ce qui est convaincant dans ce que nous faisons, c’est que vous n’interagissez pas avec tout le monde en même temps », dit Cherian.

Raghupathy Sivakumar, directeur fondateur de l’accélérateur de startups CREATE-X, dit que le programme a fait éclore 230 entreprises impliquant 5 000 étudiants en six ans. L’été dernier, il en a lancé 72, dont Gatherly, contre 46 l’année précédente. Un facteur en 2020 a été que les étudiants dont les stages ont été annulés ont afflué vers l’accélérateur.

Gatherly a été l’une des premières startups de la cohorte de cette année à aller sur le marché. « Je pense qu’ils ont fait le plus de progrès en un minimum de temps », dit Sivakumar.

Après avoir vu comment les startups de l’accélérateur se sont comportées dans les conditions difficiles de 2020, Sivakumar a fixé un objectif ambitieux pour 2027. « Nous voulons lancer 300 entreprises par an », dit-il.

Maintenant qu’il est clair que l’accélérateur peut être géré de manière virtuelle, pourquoi pas ?