Blog d’entreprise, de conseils et d’actualités business
Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité
Suivez nos actualités

Créer une entreprise de dépannage auto : le mode d’emploi

dépannage auto
Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn

Les entreprises de dépannage auto permettent aux particuliers de se sortir d’affaires lorsque leur véhicule se trouve immobilisé. C’est notamment le cas, par exemple, lors d’un accident ou d’une panne inopinée. Pourtant, pour qu’elles puissent offrir des services dignes de ce nom, la création de ces dernières nécessite d’importants investissements ainsi que le suivi de certaines démarches administratives. Cependant, de quoi est-il question exactement ? Focus sur ce qu’il faut savoir avant de créer une entreprise de dépannage auto.

 

Quels sont les diplômes nécessaires pour créer une entreprise de dépannage auto ?

 

Avant tout, il est important de souligner qu’il est tout à fait possible d’ouvrir une entreprise de dépannage auto sans posséder de diplôme au préalable. Néanmoins, il est indispensable d’être doté d’au moins 3 années d’expérience dans le domaine. Pour les personnes qui n’en disposent pas, mais qui souhaitent tout de même se lancer, l’idéal est d’être titulaire de l’une des certifications suivantes :

  • un baccalauréat professionnel en maintenance de véhicules automobiles, option voitures particulières ou véhicules industriels ;
  • un certificat d’aptitude professionnelle Conducteur Routier ;
  • un certificat d’aptitude professionnelle des véhicules automobiles, option voitures particulières ou véhicules industriels.

Pour avoir de meilleures bases et garantir la sécurité de ses clients, il est aussi préférable d’avoir quelques notions dans le métier de garagiste ou de dépanneur. Des compétences en secourisme seraient aussi très appréciées. Enfin, le gérant de l’entreprise devra être en possession d’un permis de conduire C1 afin d’être apte à conduire des véhicules dont le PTAC est supérieur à 3,75 tonnes et inférieur ou égal à 7,5 tonnes. Dans le cas où il a passé son examen de code de la route il y a plus de 5 ans, il sera aussi tenu de le repasser.

 

Quels sont les matériaux nécessaires à la création de ce genre d’entreprise ?

 

Pour tourner, une entreprise de dépannage auto aura besoin de divers équipements. Toutefois, il est important de les classer par ordre de priorité. Ainsi, afin que sa firme soit opérationnelle, le propriétaire devra commencer par investir dans :

  • un véhicule de dépannage ;
  • une rampe de chargement ;
  • des équipements de remorquage ;
  • des outils de signalisation.

Tous les matériaux devront être de bonnes qualités pour garantir leur longévité et prévenir les pertes liées aux éventuelles réparations.

 

Comment choisir son statut juridique ?

 

Le statut juridique à adopter pour créer son entreprise de dépannage auto repose principalement sur les prévisions liées au chiffre d’affaires. À cet effet :

  • pour un chiffre d’affaires inférieur à 85 000 euros, il est préférable d’opter pour une EI ou pour une EIRL pour ceux qui ne disposent pas d’une résidence principale ;
  • pour un chiffre d’affaires compris entre 85.000 euros et 240.000 euros, l’idéal est de se tourner vers une EURL s’il n’y a pas d’associé ou une SASU s’il y a des actionnaires ;
  • pour un chiffre d’affaires compris entre 240 000 euros et 790 000 euros, il est préférable de créer une SAS si la firme compte plus de deux actionnaires et une SARL pour des associés en nombre limité ;
  • pour un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros, il est préférable d’opter pour une SA.

Quelles sont les aides disponibles pour la création d’une entreprise de dépannage auto ?

 

Si elles ne disposent d’aucun fond pour démarrer, les personnes désireuses de créer une entreprise de dépannage auto peuvent bénéficier d’aides de l’État pour se lancer. Dans ce cas précis, il s’agit de l’ACCRE (Aide aux Chômeurs créateurs ou Repreneurs d’Entreprise) de Pôle Emploi. Cette dernière permet de percevoir jusqu’à 45 % des allocations restantes dues. Le versement se fait en 2 étapes : la première partie après validation de son dossier pour l’ACCRE et la seconde partie 6 mois après la création de son entreprise.