Blog d’entreprise, de conseils et d’actualités business
Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité
Suivez nos actualités

Comment financer la création de ma boutique?

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn

Si vous possédez une idée d’ouverture de magasin, il est primordial de financer la création de celle-ci. Il est vrai que c’est le financement qui définit les moyens dont vous disposez pour avancer dans votre projet. En effet, une boutique nécessite de nombreux investissements. Vous devez procéder à l’achat du stock, de matériels ainsi qu’au paiement concernant la location des locaux commerciaux. Pour vous aider à prévoir ces dépenses, il est indispensable d’établir un plan de financement. Découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir sur ce sujet.

 

L’utilité du plan de financement

 

Le plan de financement est en réalité un prévisionnel. En effet, il prend en compte de l’investissement nécessaire pour fonder la boutique d’une part. D’autre part, il atteste des ressources disponibles pour financer ces achats. En d’autres termes, c’est lui qui évalue le coût total de la création de votre magasin. Pour votre entreprise, il faut effectuer un plan de financement initial et un plan de financement sur trois ans. L’élaborer, c’est définir une véritable stratégie de financement pour votre projet. Alors, il est ajouté au business plan et impacte toutes les étapes à réaliser jusqu’à l’ouverture de votre boutique.

 

Financer votre boutique en fonds propres

 

Les finances de votre entreprise peuvent provenir de vos économies personnelles ainsi que de celles de vos associés. Ce choix est plus sûr, car il vous évite de recourir à un emprunt et d’être soumis à un remboursement mensuel. Ainsi, il vous permet de rester indépendant face aux banques ou aux fournisseurs. Les apports en fonds propres sont réalisés au profit de la société, directement en capital social, des trois manières suivantes :

  • en numéraire : la personne qui investit une contrepartie en argent dans la société obtient en contrepartie des titres représentatifs du capital social sous forme de parts sociales ou d’actions ;
  • en nature : un associé peut fournir un immeuble, une marque ou un brevet au profit de la société. Dans ce cas, les contres partis sont les mêmes que pour l’investissement financier ;
  • en industrie : l’apporteur met à disposition un savoir-faire au profit de la société. Cela lui permet d’obtenir des titres appelés parts sociales ou actions en industrie.

L’apport en compte courant diffère de l’apport en capital social. En réalité, il s’apparente plutôt à un prêt réalisé par un associé ou un dirigeant pour que la société réponde à ses besoins de trésorerie. Il doit être remboursé sur demande de son titulaire. Cependant, le collaborateur concerné ne reçoit pas de titre de la société pour son aide financière, car il ne contribue pas au capital social.

 

Bénéficier d’aides de l’État pour votre boutique

 

En France, il existe de multiples aides à la création ou à la reprise d’entreprise vous permettant de vous lancer. Par exemple, l’ACRE est une aide vous permettant d’être exonéré de cotisations sociales en dessous d’un certain revenu au début de votre activité. Elle peut être demandée par des indépendants sous différentes conditions :

  • les demandeurs d’emploi ;
  • les personnes de moins de 26 ans ;
  • les repreneurs d’entreprises en liquidation, etc.

Elle est accordée aux individus qui démarrent une activité en entreprise individuelle, en EURL, en EIRL ou encore en SASU. Les auto-entrepreneurs qui le réclament bénéficient d’une exonération à hauteur de 50 % de leurs cotisations sociales pendant un an. Pour les autres indépendants, l’exonération est totale et dure également une année. Cependant, dans les deux cas, il vous faut rester sous un seuil de revenu. Si vous le dépassez, vous devez tout de même payer des cotisations. Pour les micro-entrepreneurs, vous ne devez pas excéder les chiffres d’affaires suivants :

  • 139 738 € en cas d’activités d’achat, vente, fourniture de logement ;
  • 81 048 € pour les prestations de services BIC ;
  • 61 400 € pour les professions libérales ou prestations de services BNC.

Pour les indépendants classiques, les seuils pour bénéficier de l’ACRE sous les suivants :

  • une exonération totale pour les revenus en dessous de 30 852 € ;
  • l’exonération baisse au fur et à mesure pour les revenus situés entre 30 852 € et 41 136 €.
  • Au-delà de 41 136 € de revenus, l’exonération est perdue.

Lorsque vous souhaitez créer votre boutique, il existe différentes manières de subventionner votre entreprise. Emprunt, fonds propres ou encore aide de l’état sont à prendre en compte dans votre plan de financement.