Blog d’entreprise, de conseils et d’actualités business
Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité
Suivez nos actualités

5 choses les plus importantes à faire avant de signer tout contrat avec votre employeur

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn

Dans le secteur financier et dans de nombreuses autres industries, les primes annuelles sont versées au cours des premiers mois de l’année. Les entreprises profiteront souvent de cette période pour demander à leurs travailleurs de signer de nouvelles politiques et de nouveaux contrats de travail, souvent simplement en cochant une case sur leur écran d’ordinateur.

Un excellent exemple de ces accords en « petits caractères » est une politique d’arbitrage, qui renonce au droit d’une personne de poursuivre son employeur devant un tribunal civil et exige que les poursuites soient déposées en arbitrage privé à la place.

Autres exemples importants : les conventions de non-concurrence et de non-sollicitation, qui imposent des restrictions sur l’emploi futur de l’employé après son départ de l’entreprise, par exemple en interdisant de travailler pour des concurrents ou avec des clients de l’entreprise.

Généralement, il n’y a pas beaucoup de marge de manœuvre pour négocier les termes de ces accords si vous souhaitez recevoir votre prime, mais il est essentiel que vous compreniez parfaitement s’il y a une certaine flexibilité, comment l’accord a un impact sur votre emploi, si les termes sont légalement exécutoires et si vous pouvez vous « retirer » entièrement de l’accord. Pour en savoir plus sur le modèle contrat de travail, cliquez ici.

Avant d’accepter de nouvelles conditions d’emploi, assurez-vous de faire ces cinq choses :

 

1. Lisez tout avant de signer

Cela s’applique chaque fois que vous recevez une politique ou un accord qui affecte les conditions de votre emploi. Il est courant que les employés reçoivent une montagne de documents et de politiques d’emploi le premier jour de leur nouvel emploi, mais vous devez tout de même lire attentivement tous ces documents, même si une signature n’est pas requise.

De nouvelles politiques sont parfois introduites ou mises à jour, et elles peuvent être plus restrictives ou éditées pour les rendre plus faciles à appliquer légalement. Vous devez lire attentivement tous ces documents pour vous assurer que vous les comprenez. Si vous avez le temps d’emporter les documents chez vous et de les lire à votre rythme avant de les signer, faites-le.

Si vous ne comprenez pas certains termes d’une politique particulière, pensez à demander à un professionnel du droit de l’examiner (et pensez toujours à le faire avec un nouveau contrat de travail ou un contrat d’entrepreneur indépendant). 

Même si vous n’avez pas lu une politique d’emploi, vous pouvez quand même finir par être légalement obligé de suivre des règles et des conditions que vous n’étiez même pas conscient d’avoir signées.

 

2. Demandez une copie de l’accord

En général, vous devriez avoir votre propre copie de chaque accord et politique d’emploi que vous avez dû signer ou suivre. 

Veuillez vous assurer que vous avez des copies de tous les documents expliquant les termes de votre rémunération ou de votre paie, que vous comprenez tous les termes de vos contrats et que vous savez ce qui vous arriverait si votre emploi prenait fin de différentes manières, comme lors d’un licenciement, d’un licenciement « sans cause », d’un licenciement pour « cause » ou d’une démission.

Il est particulièrement important que vous ayez des copies des politiques qui s’appliquent après la fin de votre emploi. Il peut s’agir d’accords de non-concurrence ou de non-sollicitation, qui affectent où et avec qui vous pouvez travailler à l’avenir. Vous devriez également avoir une copie de tous les documents concernant la rémunération différée, les prêts-subventions, les titres ou autres actions – vous devez savoir si ces choses sont perdues, quand elles sont acquises et tout autre facteur.

Il peut être difficile d’obtenir ces documents après un licenciement ou dans un court laps de temps si une opportunité d’emploi se présente soudainement. 

 

3. Découvrez si vous pouvez vous désengager

Lorsque vous recevez un e-mail, une notification pop-up ou un document papier vous demandant d’accepter une nouvelle politique d’emploi ou un accord, regardez attentivement si vous avez la possibilité de vous désengager ou de refuser de signer. Certaines entreprises offriront cette option, surtout lorsqu’il s’agit de politiques d’arbitrage. 

Après avoir lu la politique, si vous n’êtes pas complètement convaincu qu’elle est dans votre intérêt, envisagez de vous retirer.  

Si vous vous retirez, l’entreprise vous laissera presque certainement la signer plus tard si vous changez d’avis. Mais essayer de convaincre votre employeur de renoncer à un accord que vous avez déjà signé est peu probable, surtout s’il s’agit d’une convention d’arbitrage et que vous pouvez avoir des réclamations légales à faire valoir. Les employeurs ont généralement la main plus forte dans les négociations juridiques lorsqu’un litige est soumis à l’arbitrage, pour diverses raisons.

Bien sûr, si votre emploi, votre prime ou toute autre compensation dépend de votre signature de la police, vous pouvez simplement signer. Mais essayez de demander aux RH ou à un responsable en qui vous avez confiance si vous avez la possibilité de  » vous retirer  » de cette politique. S’il n’y a pas d’option de retrait et que vous êtes préoccupé par la politique ou l’accord, il est possible qu’ils puissent expliquer comment l’entreprise applique souvent la politique, en particulier s’il s’agit d’un accord de non-concurrence et de non-sollicitation. Au minimum, vous repartirez avec une meilleure compréhension de la politique de l’entreprise, ce qui peut vous aider à planifier et à anticiper les problèmes à venir.

Quoi que vous fassiez, n’attendez pas en espérant qu’un défaut de signature passera inaperçu. Cela fonctionne rarement, surtout si la politique exige une signature électronique. Vous pouvez toutefois demander conseil à un professionnel du droit si vous n’êtes pas sûr de la façon de procéder dans votre situation individuelle.

L’entreprise peut adopter la position selon laquelle vous devez signer la politique ou votre emploi peut être résilié, alors tenez-en compte. Et encore une fois, parlez à un professionnel du droit si vous pensez que votre emploi peut être menacé.

 

4. Faites attention à ces drapeaux rouges

Les contrats de travail qui sont trop larges ou qui imposent des restrictions contraignantes aux employés peuvent être considérés comme inapplicables par un tribunal. 

Les accords de non-concurrence et de non-sollicitation peuvent également ne pas être pleinement applicables juridiquement selon l’État où vous vivez et travaillez. 

Il convient de mentionner que si l’on vous demande soudainement de signer une convention d’arbitrage sans recevoir quelque chose de nouveau en retour (comme une prime, une augmentation de salaire, une promotion ou des avantages supplémentaires), cela peut être un signe que l’employeur essaie de manière préemptive de se protéger de ce qu’il perçoit comme une bataille judiciaire imminente, comme un recours collectif.

Si un litige survient plus tard, il peut être possible de contester la validité juridique de la nouvelle politique en raison d’un « manque de considération » pour le nouveau contrat, accord ou restriction.

 

5. Vérifiez la présence d’une décharge de créances

Certains employeurs profiteront d’une réorganisation ou d’une acquisition d’entreprise, d’une compensation de fin d’année ou de tout autre changement de statut d’un employé pour lui demander de signer une décharge de créances légales. Ces documents, souvent connus sous le nom de « décharge générale », effacent l’ardoise, juridiquement parlant, et renoncent aux éventuelles réclamations juridiques d’un employé contre l’employeur. 

Pour cette raison, il est très important d’examiner les petits caractères de tous les documents qu’on vous demande de signer. Cela vaut évidemment doublement si vous êtes au courant d’éventuelles réclamations juridiques contre l’entreprise, ou si des litiges connus ont déjà eu lieu ou risquent d’avoir lieu prochainement.

Prêtez une attention particulière à tous les documents concernant les actions ou les titres qui vous sont remis en tant qu’employé. Les participations dans une entreprise, en particulier si elle est privée et non publique, peuvent également s’accompagner d’obligations ou de responsabilités sérieuses. Assurez-vous que, dans les accords, vous êtes protégé ou indemnisé en cas de responsabilité pour tout acte répréhensible de la part de l’entreprise.